Le harcèlement professionnel

Par le 7 décembre 2009
abandoned-office-space

Le harcèlement professionnel est un thème au croisement de plusieurs domaines: médical, social, judiciaire, le monde du travail, le politique. Il fait régulièrement la une de nombreux journaux : « le harcèlement au travail », « le stress des cadres », « le burn out » (Syndrome d’épuisement professionnel) …
Le livre de Marie-France Hirigoyen Le harcèlement moral s’est vendu à des milliers d’exemplaires et a été traduit en une vingtaine de langues.

[ Il est important de préciser que le terme « harcèlement » est un terme juridique… En psychologie, nous préfèrerons employer « violence externe » pour désigner celle qui émerge au contact de public extérieur aux effectifs de l’entreprise et « violence interne » pour les qualifier des relations délétères au sein du personnel de l’entreprise ]

 

La violence au travail est un phénomène préoccupant partout dans le monde et en forte progression. Les entreprises et les pouvoirs publics ont été conduits à prendre des mesures pour la prévenir et tenter de la réduire. Dans les entreprises, on fait de plus en plus souvent appel aux services de psychologues, psychiatres, de structures de soutien psychologique, de débriefing … après avoir créé dans les années 70, 80, les Directions des Ressources Humaines (les fameuses DRH) qui ont remplacé les services du personnel.

Depuis un certain nombre d’années, la violence au travail et ses répercussions sur la santé font l’objet d’études menées par les médecins du travail et les médecins psychiatres. Ils témoignent des pathologies nouvelles qui touchent aujourd’hui toutes les catégories de salariés: de l’employé ou l’ouvrier, aux cadres. C’est un phénomène nouveau : la souffrance au travail concerne toute la hiérarchie.

Un rapport du B.I.T. (Bureau international du travail) à propos d’une enquête sur 15 états de l’Union européenne en 1996 (15800 interviews).

  • Violence physique 6 millions soit 4% des travailleurs
  • Harcèlement sexuel 3 millions soit 2%
  • Intimidations, brimades : 12 millions soit 8%

En France:

  • Violence physique: hommes : 11,2%, femmes : 8,9%
  • Harcèlement sexuel à l’encontre des femmes: 19,8%

Violence et travail ont toujours cohabité mais si le travail était autrefois la source d’une violence physique, aujourd’hui il est de plus en plus associé à une violence psychologique. Cette violence trouve en grande partie son origine dans les nouvelles formes d’organisation du travail et de management apparues il y a une trentaine d’années qui ont conduit à une dégradation des relations sociales, à la précarisation du travail et au chômage.

Lorsque l’on évoque des cas de violence, il faut faire attention à bien la nommer afin que chacun comprenne bien de quoi il s’agit. Une difficulté qu’il faut intégrer: selon les milieux professionnels ou sociaux, les niveaux de recevabilité de la violence ne sont pas les mêmes.

La psychopathologie du travail étudie les gens au travail, sur le lieu de travail réel. Elle permet de comprendre comment les travailleurs parviennent à éviter la maladie mentale. Christophe Dejours a particulièrement étudié les nouvelles formes d’organisation du travail et la santé mentale. Dans son ouvrage « Souffrance en France », il s’interroge sur les raisons qui conduisent les salariés à participer à des situations génératrices de leur propre souffrance ou de celle de leurs collègues. Le travail est source de satisfaction et de reconnaissance sociale. Les problèmes occasionnent des frustrations qui à long terme peuvent retentir sur le corps. Des mécanismes psychiques conscients et inconscients entrent en jeu pour tolérer la violence mise en place à laquelle les individus se résignent.

La plupart des individus sauvent leur santé aux prix d’efforts décrits sous le terme de stratégies de défense individuelles mais aussi collectives. Lorsqu’une situation de travail recèle une menace pour l’intégrité physique ou psychique, les capacités d’action des salariés sont dépassées. Il faut faire avec la peur qui est incompatible avec la poursuite du travail. On lutte contre la peur : ce sont les pratiques de réassurance, de bravade, qui mettent en scène la capacité à faire face au risque.

Pour Christophe Dejours « Les stratégies collectives de défenses contribuent de façon décisive à la cohésion du collectif de travail, car travailler n’est pas seulement avoir une activité c’est aussi vivre: vivre le rapport à la contrainte, vivre ensemble, affronter la résistance au réel, construire ensemble le sens du travail, de la situation et de la souffrance. »

Un contrôle collectif sur l’expression de la subjectivité de chaque individu concourt à exclure toute parole sur la peur ou toute expression de crainte ou d’allusion à l’appréhension face à un danger insuffisamment contrôlé. Les stratégies de défense contre la souffrance se manifestent par la marginalisation et l’exclusion de ceux qui ne s’y conforment pas.

Exemple: les concours chez les cadres encore appelés les « cow boys », mettant en scène le cynisme, la capacité de faire encore mieux en termes de licenciement collectif (« dégraissage » en jargon), de tenir les objectifs annoncés… Ils montrent leur capacité à faire la sale besogne et sortent grandis par l’admiration de leurs collègues.
La virilité joue un rôle majeur dans le zèle à faire le sale boulot. On fait partie des élites de l’entreprise.

Source :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Harc%C3%A8lement_professionnel

About Olivier Audibert

Psychologue du Travail et des Organisations, Formateur consultant

You must be logged in to post a comment Login

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer